Chargement

Tony Amorelli

Tony Amorelli

23 janvier 2017

01 Quête de l’immortalité

Un des multiples dessins trouvés dans la malle.

Parcourir cette masse d’informations a rapidement commencé à créer un sentiment de confusion chez moi… A force de lire, noter, combiner, j’ai du mal à faire la distinction entre mes idées et « les siennes » et surtout entre le vrai, le vraisemblable, « l’invraisemblable mais pourquoi pas », le présent, le passé, le futur proche, lointain,…

J’ai téléphoné à mon ami antiquaire pour tenter d’en apprendre plus sur le propriétaire de la malle.

Le bonhomme était mort et sa fille avait hérité de sa maison et de son contenu. J’ai contacté cette dernière en me faisant passer pour l’assistant de mon ami. Elle a répondu à quelques-unes de mes interrogations mais elle n’avait aucune idée d’où pouvait sortir cette malle. Son père, Un certain Maurice Lamier, était un ancien chirurgien et collectionneur compulsif d’objets liés à la mort, c’était un sujet qui l’obsédait. D’ailleurs, il avait dédié la fin de sa carrière à la médecine anti-âge au sein d’un laboratoire privé dans le but de trouver un moyen de vaincre la mort.

La recherche de la jeunesse éternelle et la quête de l’immortalité passionnent les scientifiques, médecins, philosophes,… depuis des siècles. La Fontaine de jouvence, le Saint Graal, le Jardin des Hespérides, l’Amrit… évoquent tous cette peur de la vieillesse et de la mort.

Certains acceptent le fait que nous sommes au stade larvaire et se tournent vers les religions qui promettent l’immortalité de l’âme. D’autres s’en remettent à la science qui repousse toujours plus loin l’échéance.

Actuellement, l’espérance de vie (en mauvaise santé) augmente, toujours plus, d’un jour à l’autre. Parallèlement, la population connait une croissance exponentielle. Dans quel monde vivraient-on si on avait le choix de ne plus mourir ?

Quel serait l’objectif de ce prolongement ? Accumuler toujours plus de biens, d’expériences ou de connaissances ? Trouver et accomplir le but de notre vie ? Choisira-t-on de mourir lorsqu’on pensera l’avoir trouvé et accompli ? A-t-on réellement tous un but dans la vie ?

Si on en arrivait à ne plus être obligés de mourir, quel serait notre rapport au bonheur ? La brièveté de la vie ne la rend-elle pas plus intense ?

Dans la mythologie mésopotamienne, pendant sa quête, lorsque Gilgamesh a pris conscience qu’il n’aurait pas la vie éternelle, il a cherché à mener une vie heureuse jusqu’à la mort.

Je suis curieux d’assister à l’évolution de l’humanité, d’un autre côté, je suis nostalgique d’une époque que je n’ai pas connue. Je risque d’être déçu… Pourquoi vouloir m’infliger cela ?