Chargement

Tony Amorelli

Tony Amorelli

20 mars 2017

16 Vers une réalité simulée

L’arrivée de la réalité virtuelle a bouleversé la réalité « réelle » d’une partie de la population et les progrès technologiques font de plus en plus d’adeptes.

Si les avantages thérapeutiques notamment au niveau de la guérison quasi-systématique de phobies en tout genre ainsi que l’utilisation de simulateurs de vol, combat… n’ont plus à faire leurs preuves, on constate que de plus en plus de personnes passent de plus en plus de temps dans cette réalité « parfaite ».

Nombreux sont ceux qui ont choisi de vivre la vie dont ils rêvent via un simulateur. Souvent, ils travaillent afin de subvenir à leurs besoins de base et passent tout le temps qu’il leur reste dans l’autre monde.

Certains y adoptent un mode de vie assez classique dans une époque ou un environnement commun à d’autres utilisateurs avec lesquels ils peuvent interagir. D’autres ont fait le choix du solipsisme en vivant dans une réalité qui leur est propre, complètement indépendante.

Les plus accros sont connectés en permanence, travaillant au sein même du système afin d’obtenir de l’argent qu’ils peuvent dépenser dans le « jeu » mais également le convertir en monnaie réelle pour payer leurs factures classiques et la maintenance de la machine à laquelle ils sont connectés. Celle-ci, parfois équipée de perfusions, de moteurs chargés de mobiliser le corps, de capteurs et stimulateurs peut atteindre des sommes astronomiques.

De nombreuses sociétés de fabrication de mobilier ou de loisirs ont développé leur présence virtuelle afin de conquérir une nouvelle clientèle. Il est ainsi possible, moyennant paiement bien évidemment, de modifier l’apparence de son intérieur, de participer à des voyages organisés, d’aller au resto…

Les concepteurs travaillent actuellement à des améliorations afin de rendre l’expérience encore plus immersive. Le but étant de transformer cette réalité virtuelle en réalité simulée. Il serait alors impossible à l’utilisateur de faire la différence entre le réel et le virtuel. La machine serait directement connectée au cerveau en inhibant les zones de doute. On pourrait ainsi bénéficier au quotidien de sensations liées à l’expérience de vie virtuelle : odeurs, textures…

Cela pourrait être intéressant pour les personnes en fin de vie ou pour rééduquer certains comportements mais on imagine que les utilisateurs classiques voudront également en profiter. Certains scientifiques annoncent même la possibilité pour des futurs parents de faire naître leur enfant directement dans la réalité simulée avec eux.

Quelques philosophes pensent que nous sommes déjà dans une réalité simulée, ce qui rendrait cette en mise en abîme intéressante mais surtout absurde.