Chargement

Tony Amorelli

Tony Amorelli

27 mars 2017

18 Nano-industrie

Compact, transportable, implantable… La recherche de miniaturisation atteint sans cesse de nouveaux records qui finiraient par donner le vertige à mesure qu’on s’approche de l’infiniment petit. Les premiers ordinateurs occupant plusieurs locaux informatiques ne rivaliseraient pas avec un téléphone portable contemporain. Mais quand cela s’arrêtera-t-il ? Mili, micro, nano… bientôt zepto voir yocto…

Actuellement, la technologie ne suit plus… La loi de Moore, selon laquelle le nombre de transistors des microprocesseurs augmente dans le temps de manière exponentielle est freinée à cause des limites de la finesse de gravure que permet le silicium. En d’autres termes, pour proposer des machines intelligentes compactes, toujours plus puissantes, il faudra trouver de nouveaux procédés de fabrication.

Des chercheurs travaillent actuellement sur l’utilisation de transistors moléculaires de la taille d’un globule blanc, capables de stocker tout le savoir d’une université, le tout relié par des « fils » de quelques atomes.

Grâce aux possibilités qu’offre cette miniaturisation, les premiers laboratoires de nano assemblage marqueront peut-être bientôt l’histoire. Les capacités théoriques de cette technologie alchimique des temps modernes semblent sans limite.

Les procédés de fabrication seraient inversés. A une époque on partait d’un tronc d’arbre pour faire des cure-dents, à ce stade, on assemblerait des atomes pour obtenir le même résultat. Tout pourrait se résumer à un jeu de construction dont il ne resterait qu’à trouver les plans de montage pour fabriquer… tout.

Partir de l’infiniment petit pour atteindre l’infini. C’est d’ailleurs ainsi que tout a commencé…