Chargement

Tony Amorelli

Tony Amorelli

21 août 2017

45 #1

Maurice Lamier m’avait convaincu d’assister à nouveau à une de ses conférences m’assurant que le sujet m’intéresserait. Lorsqu’il est venu me saluer, son pouls était rapide et son activité cérébrale à la limite de la saturation. Il était cordial mais antipathique. J’aurais dû me fier à ces informations et rentrer chez moi mais j’étais curieux d’écouter ce qu’il avait à raconter cette fois…

Après une courte introduction, il a annoncé à l’assemblée qu’il avait un invité de marque à leur présenter. Lorsqu’il a prononcé mon nom, je me suis senti piégé. Il a insisté pour que je monte sur scène à ses côtés et a commencé son numéro. Après avoir énoncé tout un tas de projets sur lesquels j’ai travaillé en faisant des pauses pour que le public siffle et hue, il a levé mon bras afin que tout le monde puisse le voir.

« Regardez ce logo suivi d’un copyright et du chiffre 1, la créature que vous voyez ici est une de ses nouvelles prouesses. une occurence de lui-même, un prolongement amélioré, fidèle en tout point à l’original, totalement organique mais parfait ».

Sans dire un mot, je suis descendu de la scène en direction de la sortie.

« Vas-y Tony, fais de cette réalité celle dans laquelle tu détruis la malle ! ».

C’était la deuxième fois qu’il me le demandait en mentionnant le « tout quantique ». Pourquoi était-ce si important que je la détruise dans cette réalité alors que dans une multitude d’autres réalités, je la détruis probablement et que dans de nombreuses autre réalités, cette malle n’a jamais existé ?